En formation du 4 décembre 2017 au 29 mars 2018. Une collaboration de Ève Brochu-Joubert, Stéphanie Deschênes-Lirette, Loraine Jacob et Marie-Pier Laberge, aspirantes de la 190e cohorte. 

C’est seulement lorsque nous avons vu de nouvelles personnes entrer à l’École le dimanche soir de notre 6e semaine que nous avons compris qu’une étape de plus venait d’être franchie. Nous avons réalisé l’ampleur de nos progrès lorsque nous avons vu les nouveaux aspirants juniors. Ils nous ont rappelé que nous étions semblables à eux 5 semaines auparavant et à quel point on avait fait du chemin depuis.

Je crois que nous étions tous très nostalgiques. Nous avons constaté que nous avions intégré les valeurs de l’École et que nous les reflétions bien à travers notre manière d’être. Nous devions maintenant montrer l’exemple à la nouvelle cohorte avec notre expérience afin qu’ils progressent comme nous l’avons fait.

Nous sommes maintenant habitués au mode de vie exigeant qui est attendu à l’École. La rigueur et la discipline font partie intégrante de notre quotidien. Les apprentissages faits au court du bloc junior nous ont été utiles lors de notre bloc médian. Le temps a passé encore plus vite que pendant le bloc junior. Nous étions maintenant en milieu connu et à l’aise dans ce mode de vie. 

Des erreurs qui permettent de mieux apprendre

Au cours des 5 dernières semaines, nous avons vécu de nombreuses interventions policières. Nous avons fait transparaître nos personnalités distinctes à travers les différentes activités du bloc médian. Nous avons appris à adapter nos interventions à notre façon sans modifier le résultat soit la résolution d’une problématique, et ce, même si nous avons dû intervenir dans différentes situations impliquant diverses clientèles.

Bien entendu, nous commettons tous des erreurs lors des interventions. C’est la méthode d’apprentissage la plus révélatrice et marquante, car l’erreur que nous commettons ici restera gravée dans notre mémoire lorsque ce sera une situation réelle. Il est donc important de se tromper ici, dans un contexte où nos actions n’ont pas de conséquences réelles sur la vie des gens et cela est très formateur.

Le quotidien d’une journée en tant que policier est recréé à l’École. De cette façon, nous apprenons  tranquillement ce qui nous attend lorsque nous allons travailler.  

Épreuves certificatives

Nos premières épreuves certificatives sont arrivées rapidement dans le bloc médian. Certains ont eu des échecs, mais tous ont finalement réussi. Ces épreuves nous préparent d’ailleurs aux prochaines qui auront lieu dans le bloc sénior, les plus déterminantes de notre stage à l’ENPQ. Nous avons appris plus tôt que si nous tombons, nous allons nous relever et la manière dont nous allons le faire est primordiale. Ici, c’est en famille que nous passons au travers de nos difficultés. Cela nous fait d’ailleurs comprendre l’importance de la famille, sans qui nous n’aurions pas réussi à passer à travers des 10 dernières semaines. 

Charge émotive au bloc médian

Le bloc médian a été chargé en émotions de toutes sortes, des plus joyeuses aux plus tristes. Plusieurs remises en question, plusieurs déceptions, mais aussi plusieurs beaux moments de plaisir. Ces dernières semaines peuvent être comparées à un voyage en bateau. Nous ne voyions ni le port derrière nous ni la destination finale. Nous étions en haute mer, sans horizon et nous devions nous orienter et nous débrouiller au meilleur de nos capacités. La réalité nous est apparue au moment où l’on quittait les murs de l’École le vendredi en sachant que nous allions revenir le dimanche en tant qu’aspirant sénior et qu’une nouvelle cohorte allait faire son entrée à l’École.

Merci à tous les aspirants de la 190e et bonne continuité pour les 5 dernières semaines du stage.

Share this page on social networks

LinkedIn