L'École en ligne Volume 6 - Numéro 2 - Mai 2015

4e Colloque FRANCOPOL sur la cybercriminalité - Escroquerie sur Internet et radicalisationUne coopération souhaitée entre la Côte d'Ivoire et le Québec

Mai 2015

Des conférenciers de renom Ce lien ouvre un site externe dans une nouvelle fenêtre.ont suscité un grand intérêt auprès des participants du 4e Colloque FRANCOPOL sur la cybercriminalité.  Parmi eux, notons la présence de M. Guelpetchin Ouattara, commandant de la gendarmerie à la Direction de l’informatique et des traces technologiques en Côte d’Ivoire. 

De nombreux Québécois sont la cible de cybercriminalité provenant de la Côte d’Ivoire, parfois par courriel, mais règle générale par l’entremise des médias sociaux. L'arnaque la plus fréquente est celle où des femmes entrent en contact avec des hommes et, après avoir utilisé divers subterfuges, saisissent l’occasion d’extorquer à ces hommes en mal d’affection de l’argent en les menaçant de rendre publiques leurs conversations.

Même si plusieurs victimes ne dénoncent pas, humiliées de s’être ainsi fait prendre, des actions doivent être entreprises pour aider toutes celles qui portent plainte et donner espoir aux autres. 

Le commandant Ouattara est d’avis que la tenue d’un colloque comme celui qui s’est déroulé à Nicolet est important dans la mesure où il permet de tisser des liens qui peuvent favoriser une coopération. C’est du moins ce qu’il souhaite entre la Côte d’Ivoire et le Québec, qui comptent tous deux des locuteurs francophones. 

Pour le capitaine Frédérick Gaudreau, responsable du centre stratégique en cybercriminalité à la Sûreté du Québec et coordonnateur du comité technique de la cybercriminalité de FRANCOPOL, la tenue d’un tel colloque est essentielle pour outiller les enquêteurs et sensibiliser les victimes sur l’importance de dénoncer ce type de criminalité dans le but ultime de le résoudre.

Entrevue avec M. Ouattara et M. Gaudreau

Partager cette page sur les réseaux sociaux

LinkedIn

Le bulletin électronique «L'École en ligne » est diffusé par courriel.
Pour vous abonner à cette infolettre, veuillez cliquer ici.
Pour vous désabonner de cette infolettre, veuillez cliquer ici.